Les prisonniers de guerre de nos familles

 

En Europe de Juin 1940 au Printemps 1942 : les Allemands capturèrent des millions de prisonniers à l’ouest comme à l’est. Les prisonniers connurent des conditions de détention variables selon les lieux et les nationalités.Si les soldats capturés sur le front occidental subirent souvent, notamment dans les commandos, des conditions fort rigoureuses, leur sort fut sans commune mesure avec celle des slaves pris sur le front de l’est et qui furent traités par les nazis comme des « sous-hommes » comme l’atteste, la disparition de plus de 5 millions de prisonniers soviétiques.

Dans les familles Le Bozec – Le digarcher :

- Francis Le Bozec fut interné du 31/5/1940 au 27/6/1942 au stalag XVII A Kaiserstenbruck (Autriche-Sud-est de Vienne)) ; rapatrié sanitaire à Châlon s/Saône le 19/6/1942 et démobilisé le 14/2/1943.

Extraits du rapport de la croix rouge du 19 Mars 1941 au stalag XVII A : Au camp : 7.011 hommes ; Bien que l’effectif du camp soit notablement moindre qu’en été 40, il nous paraît cependant que les prisonniers sont trop entassés dans leurs baraques : 200 hommes par demi-baraques, ayant des couchettes superposées sur trois étages. Ces vastes chambres complètement remplies par les échafaudages de couchettes sont extrêmement sombres, la lumière étant interceptée par un grand nombre de vêtements et sous-vêtements suspendus à des ficelles courant d’une couchette à l’autre....La vermine est la plaie du camp. Les douches sont rares : une fois tous les 6 mois en moyenne !!les prisonniers ne sont douchés que lorsqu’ils passent à la désinfection..la paille des couchettes n’est pour ainsi dire jamais changée.Depuis le début Juin 40 le camp compte environ 50 cas de tuberculose nette ou suspecte ; le camp ne dispose d’aucun moyen d’examen approfondi...

le 19/6/1942 : le médecin établit pour Francis un certificat constatant : myocardite rhumatismale et plurite de la base pulmonaire.justifiant  un rapatriement sanitaire.

Désiré Le Bozec :fait prisonnier à Rambouilet le 15/6/1940, interné au camp de Drancy puis à Weiden(Nord-est de Nuremberg) le 7/9/1940- le 30/9/1941 il est au bataillon de travail de Bernreuth et enfin au stalag IV B à partir du 7/6/1943.à Mühlberg sur Elbe (7okms de Dresde), rapatrié le 28 mai 1945, revenu malade il mourra en aout 1948.

stalag IVB
les baraques du camp de Mühlberg (Autriche) et Désiré à Mühlberg.

Jean Sourflais : classe 29 14ème GRCA - capturé à Bazincourt il est interné au camp de Drancy le 17/7/1940 puis à Verdun stalag 240 jusqu’au 10/11/1941 ou il est transféré en Autriche (Matricule : 61.149) au stalag XVII A de Kaisersteinbruck puis au stalag XVII B à Krems-Gneixsendorf du 30/06/1943 au 21/5/1945 ou il sera rapatrié à Paris. Extraits du rapport de la croix rouge du 5 Novembre 1942 au stalag XVIIB : ..40 baraques de 400 hommes..les stocks de vêtements des prisonniers français sont épuisés ; l’état des chaussures a empiré depuis le mois de mars 1942 : les semelles de bois deviennent de plus en plus nombreuses et celles de cuirs disparaissent. La réparation des habits se fait dans un atelier du camp où travaillent une cinquantaine de prisonniers. Discipline : elle est sévère. Depuis 15 jours, il est défendu de sortir des baraques entre 21h et 6h, sauf pour aller aux latrines, par un chemin déterminé. Tout prisonnier surpris à un autre endroit, même peu éloigné du chemin prescrit, est menacé d’un coup de feu, sans sommation préalable. Ces mesures font que personne n’ose plus appeler les membres du personnel sanitaire dans les cas urgents.

Julien Théron Né en 1900, marié et père de 2 enfants, Julien a été prisonnier civil pendant 4 ans à la guerre 1914/1918. Capturé à Dunkerque le 4/6/1940 il sera de nouveau interné au stalag VI D à Dortmund ; rapatrié le 18/12/1942 à Compiègne.

Adrien le Digarcher Né le 10 Mars 1916 : classe 1936 - a devancé l’appel ; affecté au 46ème RI de fontainebleau le 22 octobre 1936, il termine son service le 15/10/1938...pour être rappelé en Août 1939 dans le 310ème RI ; Fait prisonnier à Toul le 22/6/1940 il est interné au stalag 1B sous le matricule : 64597, libéré par les Russes, revenu par bateau d'Odessa,il est rapatrié le 23/4/1945. Parti à 20 ans, il revient il a 27 ans .

le Stalag 1B/Hohenstein en Prusse orientale. Aujourd’hui lieu-dit "Królikowo" près d’Olsztynek.PologneZones Kommandos 1A et 1B.jpg (221756)

Photo du Stalag 1b.doc (525,5 kB)Photo du Stalag 1b /Hohenstein:

tirée du livre "Un camp de prisonniers à Olsztynek" par Zofia Dudzinska ("Obóz jeniecki w Olsztynku" Zofii Dudzinskiej)

 

                                                SCOLAN Eugène: époux de Madeleine le Digarcher,né le 6/3/1914

Né le 6/03/1914 à Plounévez-Moëdec, classe 34,Arrêté le 17/06/1940, interné au camp de Longwie Dijon, Fronstalag K992 stalag 13B du 5/8/1940 : 2 mois puis 13A du 20/10/1940 au 4/04/1942 Matricule: 102352; Il s'évade est repris: 20 jours au 13C. Puis transféré à Rawa-Ruska

Le camp de RAWA RUSKA se situait en Galicie, région annexée à la Pologne en 1921 et actuellement en ukraine à 50 kms au nord de Lvov.

Durant l'invasion allemande les camps de cette région n'étaient pas inspectés par la croix rouge, l'union soviétique n'ayant pas signé la convention de Genève.Ce camp de prisonniers  se révéla être un véritable camp de déportation; à l'origine destiné aux premiers prisonniers soviétiques, il accueillit ensuite les prisonniers français qui s'étaient évadés des camps d'Allemagne: "les fortes têtes, les résistants, les politiques; situé dans une région au climat continental: -30° en hiver très chaud en été, sur une plaine calcaire ,entourée de marécages et de tourbières infectées de moustiques,"typhus, thyphoïde, dysenterie y règnaient de façon endémique"

Eugène SCOLAN y arrive le 5 juin 1942 , il y restera 5 mois

La crainte de l'arrivée des troupes russes amène les allemands à évacuer ce camp et les prisonniers sont rapatriés vers les camps situés en Allemagne; Eugène se retrouve au camp 3 B Furstenberg sur Oder (Me 86111)

Le stalag 3B comprenait 43 casernes et + de 50.000 personnes y furent détenus mais seulement 10%  demeuraient au camp     la majorité des prisonniers étaient disséminés dans environ 600 commandos de travail dans le Brandbourg et la Spreewald.

Nous savons qu'Eugène a travaillé dans une ferme mais nous ignorons où.

Rapatrié le 1er juin 1945 à Longuyon, il est démobilisé le 6 juin et sera hospitalisé 5 mois à Saint-Brieuc

 

 

LE BOZEC Joseph, né le 9/02/1907, libéré par les soviétiques en 1945, se serait retrouvé à Odessa avec Adrien LE DIGARCHER

recherches en cours